Imprimer la page

BLHD : le projet

La Boucle locale haut débit (BLHD) est un réseau d’infrastructures numériques lancé par les collectivités de l’Aire urbaine sous l’égide du SMAU, qui vise à favoriser l'accès au haut et très haut débit dans le secteur des télécommunications.

Combinant 4 technologies (la fibre optique pour le très haut débit, le DSL dégroupé, le WifiMax à 6 Mbps par voie hertzienne et le satellite dans les zones blanches résiduelles), la BLHD constitue l'épine dorsale de la politique d'aménagement numérique dans le Nord-Est Franche-Comté, complété par le SDTAN.

Màj 04/2014



Un projet de longue haleine

Dès le début des années 2000, les collectivités de l’Aire urbaine identifient le besoin d’accélérer le développement du numérique sur leur territoire. Le constat s'impose progressivement que l'accès à internet est en voie de devenir aussi important dans la vie quotidienne que l'accès à l'eau ou à l'électricité : soit un service de première nécessité.

Ainsi, au début du millénaire apparaissent les signes d’une explosion de la consommation de services de télécommunications. Les industries, les grands donneurs d’ordre, dont les sites sont dispersés en France et dans le monde, commencent à avoir besoin de très haut débit. Les ménages découvrent les joies de l’internet grand public tandis que se dessinent les contours d’une fracture numérique autour des limites de l'accès à l’ADSL.

Or il s’avère que l’Aire urbaine, et a fortiori chacune de ses agglomérations prises séparément, n’intéressait pas les grands opérateurs télécom : « trop petit », « pas rentable ». Telle est la réponse qui est donnée à l’époque. L'intervention publique était donc nécessaire.

Dès 2006-2008, toutes les collectivités locales, sans exception (villes, communes isolées, Communautés d'agglomération et de communes, Conseils généraux, Région) décident de participer via le SMAU au projet de la « boucle locale à haut débit » (BLHD), mutualisé au niveau de l’Aire urbaine : 300 000 habitants et un gros appétit de nouvelles technologies !

 

Revenir au sommaire


Les objectifs

En résumé, il s'agit avant tout d'apporter un service fondamental à tous les acteurs du territoire, soit :

- fournir aux acteurs institutionnels et professionnels des services de télécommunication performants (très haut débit) et compétitifs en connectant les principales zones d’activités et sites publics en fibre optique.

- atténuer la fracture numérique en apportant un débit minimum à tous les foyers par toutes les technologies disponibles.

 

Sur un plan technique, il s'agit de :
- ouvrir le marché des télécoms dans des conditions « transparentes, équitables et non discriminatoires »

- créer un « backbone » (cœur de réseau) en fibre optique sur lequel pourront se greffer par la suite toutes les extensions de réseau

- opticaliser et dégrouper tous les NRA (centraux téléphoniques) et résorber les zones blanches ADSL par des technologies alternatives (WifiMax, satellite)

Plus généralement, il s’agit aussi de :

- favoriser l’essor des activités liées aux TIC et au numérique ;

- renforcer la compétitivité et l'attractivité du territoire ;

- développer la cohésion des différentes composantes de l’Aire urbaine (urbaine, périurbaine, rurale) autour d’un projet opérationnel commun.

 

Revenir au sommaire


4 technologies

La BLHD combine 4 technologies :

- La Fibre optique, pour le THD,
- Le DSL, avec le dégroupage de la totalité des NRA (centraux téléphoniques),
- Le WifiMax, technologie hertzienne qui propose un débit jusqu'à 6 Mbps,
- Le satellite, pour les zones ne bénéficiant pas d'un débit minimum de 2 Mpbs.

 

Ces technologies s’adressent, selon les cas, à différents types d’utilisateurs (cliquez sur la technologie ou le cas qui vous concerne) :

 

  Je suis une

   entreprise

         Je
    représente
  un site public
     raccordé

    Je suis un

   particulier

               Fibre optique          x           x  indirectement *
                       DSL          x           x          x
                  WifiMax     en appoint     en appoint          x
                  Satellite              x

* voir l'explication détaillée dans la rubrique "particuliers" ou dans le SDTAN de l'Aire urbaine.

 

Schéma de principe des technologies de la BLHD


Une délégation de service public

La BLHD a été confiée à la société Alliance Connectic (AC) dans le cadre d'une "délégation de service public" en mars 2008 pour une durée de concession de 20 ans. Alliance Connectic est la société créée spécialement pour gérer la délégation de la BLHD par ses 2 actionnaires : Eiffage (81 %) et SFR Collectivités (19 %). AC est donc le "délégataire" ou "concessionnaire". De son côté, le SMAU remplit le rôle d'autorité délégante pour le compte des collectivités de l'Aire urbaine.

A ce titre, AC a construit le réseau et l’exploite aujourd’hui en commercialisant ses services numériques auprès des fournisseurs d’accès et de services (FAI) et non pas directement aux clients finaux (entreprises, particuliers) : c'est un opérateur d'opérateurs. Son rôle est avant tout de faire fonctionner les infrastructures et de les mettre à disposition des FAI.

La BLHD fait ainsi partie des nombreux RIP (« Réseau d’Initiative Public ») qui ont été créé à la fin des années 2000 en France.

Le site internet d'Alliance Connectic : www.allianceconnectic.fr


Revenir au sommaire


La BLHD en quelques chiffres

- La BLHD représente un investissement de 18 millions d’euros, dont 8 M€ de subventions publiques :


- 320 km de fibre optique activés
- 68 zones d’activités adductées
- 130 sites publics raccordés
- 36 NRA (centraux téléphoniques) opticalisés et dégroupés et 3 PRM
- 50 stations de base WifiMax (avril 2014)
- 75 entreprises et administration en fibre optique, 6 600 clients DSL, 700 clients WifiMax (déc. 2015)

 

Revenir au sommaire


 

      

La BLHD est un projet soutenu par le FNADT et le Conseil régional

 

 


Aller en haut de la page

Ce site a été créé avec la participation du FEDER, du FNADT et de la région Franche-Comté Créé par Activis